Alessandra d'Angelo, marraine du SLAR

Juriste, journaliste, chroniqueuse et ...marraine de coeur

Alessandra

Juriste de formation, titulaire d’un Master en Droit Européen, ex-avocate au Barreau de Bruxelles, journaliste d’investigation judiciaire, chroniqueuse radio, conférencière et auteur, Alessandra d’Angelo est une femme passionnée par les faits de société et par l’humain résilient qu’ils recèlent. Depuis 2010, elle s’intéresse tout particulièrement aux phénomènes d’exclusion sociétale sous toutes leurs formes, avec en point d'orgue la radicalisation.

En 2015, après les événements de Charlie Hebdo, elle publie « Ma liberté d’expression et eux » (Editions du CEP), un outil pédagogique à destination des adolescents, qui leur explique avec leurs propres mots, pourquoi l’on peut mourir en tenant un crayon.

En 2016, après 4 ans de recherches sur l’univers carcéral, elle publie « Case prison, un jeu d’échec » (Editions Academia Lharmattan), une réflexion sur le sens à donner à l’enfermement pour que celui-ci soit résilience, dans l’optique d’une Justice dite « restauratrice », le tout sécuritaire ayant démontré son cuisant échec.

En janvier 2017, elle publie »"Présumé Coupable » (Editions Nowfuture), une réflexion, présentée par l’auteur, en filigrane de l’Affaire Wesphael, sous-tendue par une question fondamentale : Quelle Justice voulons-nous ? Une Justice figée et punitive qui travaille à charge ou une Justice prête à vaciller sur le socle de ses certitudes séculaires pour entrer dans une autre ère, celle d’une Justice plus humaine, préventive et restauratrice, préservant le principe fondamental de la présomption d’innocence.

En février 2017, elle publie « L'Affaire Lhermitte - Chronique d'une drame annoncé » (Editions La Renaissance du Livre), une analyse juridique et psychiatrique de ce quintuple infanticide qui a secoué le pays il y a 10 ans : Pourquoi lorsqu’une mère donne la vie, elle en arrive un jour à la reprendre ?

En octobre 2017, elle publie « Job alimentaire : Prostituée ? » (Editions Alain Jourdan). Avec la stagnation du pouvoir d’achat, des femmes, souvent mères monoparentales, se retrouvent dans l’obligation ponctuelle de pratiquer le « hard discount » pour se nourrir et nourrir leurs enfants. De jeunes étudiantes, en mal d’un logement décent à prix raisonnable, rentrent dans la spirale du « logement contre sexe ». D’autres enfin, les « sugar babies », accompagnent de riches hommes d’affaire pour financer leurs études. Nourrie de témoignages chocs collectés, l’auteure lève le voile sur un tabou devenu réalité sociale : La prostitution alimentaire. Ici, le plaisir a fait place au besoin.

Elle est la fondatrice de l’antenne belge de l’organisation « Innocence Project » (2015), une association américaine qui se bat contre les erreurs judiciaires, et cofondatrice de « Educ-actions » (2016), une association qui sensibilise les adolescents en décrochage à la non-violence et au vivre-ensemble.

Commande de livres, demande de conférences, plus d’infos sur : www.alessandradangelo.com

Cover wesphael  Couv lhermitte  Couv case prison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×